Sunday, 21 February 2016

Modifications and tricks / Trucs et modifications

L'idée derrière les changements que j'apporte dans ma BD est de faire en sorte que la qualité des premières pages se rapproche le plus de celle des dernières et qu'il y ait une uniformité dans l'ensemble du livre. Après plus de 175 pages, je me suis beaucoup amélioré et je constate une différence avec le début. J'ai donc fait appel à mon ami le magicien Guillaume Blackburn, qui, lorsqu'il ne met pas sa magie au service de mon livre, est directeur artistique au studio Pascal Blais. Spécialiste dans l'art de la mystification, entre autres choses, il m'a fabriqué un outil qui n'est rien de moins que la reproduction de mon trait de crayon feutre pour que je puisse retravailler mes planches à l'ordinateur, ce qui va me faire sauver un temps fou. Bien sûr, il va y avoir d'autres surprises que le peaufinage de détails dans la version finale.

The idea behind changing things in my book is to bring the quality of the first pages to the same level than the quality of the last pages. After more than 175 pages, I became better and I now see a difference between the beginning and the end of the book. So, I called my magician friend Guillaume Blackburn, who is the artistic director of Studio Pascal Blais. This specialist in the art of mystification conceived a tool for me, which is anything less than the exact reproduction of my drawing pen with the computer. So I can save a lot of time by reworking on my pages with the computer.



Friday, 19 February 2016

Dessiner en santé / Drawing with a good health

Dans mon parcours pour arriver à dessiner en santé, j'ai développé une technique que j'ai baptisé la technique du dessinateur rebelle ou malpropre. Pour ce faire, je me suis laissé influencer par plusieurs dessinateurs de renom tels que Bastien Vivès, Cyril Pedrosa, Christophe Gaultier, Manu Larcenet, Vincent Perriot, Gipi, Jimmy Beaulieu... Cette technique consiste à ne plus chercher à avoir une planche originale propre destinée aux collectionneurs ainsi qu'un beau dessin académique. À cet effet, plusieurs sont surpris lorsqu'ils voient comment je traite mes originaux, c'est-à-dire comme de vulgaires feuilles de papier. L'important, comme me l'ont enseigné Régis Loisel et Jean-Louis Tripp, c'est d'avoir du plaisir en travaillant. Sinon, eh bien, on fait une dépression. J'ai cherché pendant longtemps cette technique en essayant toutes sortes de choses et en étudiant comment les autres auteurs travaillent. Je crois que ce sont Manu Larcenet et Cyril Pedrosa qui m'ont le plus influencé. Cyril Pedrosa : «Pendant très longtemps, j’ai eu l’impression qu’il fallait être un bon élève. J’avais pris la place du gentil garçon qui ne fait pas de vagues (...). Là, j’ai décidé de dessiner le plus directement possible, au stylo ou à l’aquarelle, avec des outils qui ne permettent pas de repentir.»
Manu Larcenet : «Je ne dessine jamais avec des matériaux nobles. Pas de beau papier. Je collectionne tout ce qui peut faire un trait. Des pinceaux brisés, des feutres qui ont mal vieilli, etc.»

Since I suffered from tendinitis, I tried to find a way to draw without problems. This is where I invented a comic book drawing technic of mine, which I called The dirty rebel artist technic. This technic consists of drawing a page without taking care of academics or the original art. Many well known comic book artists influenced me to do so, like Bastien Vives, Cyril Pedrosa, Christophe Gaultier, Manu Larcenet, Vincent Perriot, Gipi, Jimmy Beaulieu... I treat my original art like if it was cheap paper. My old teachers Regis Loisel and Jean-Louis Tripp told me to have pleasure while working or I'm gonna end up having a depression or burn out. So I went to study how other comic book artists work. I think the ones who influenced me the most are Cyril Pedrosa and Manu Larcenet when they said this : Cyril Pedrosa : «During a long time, I thought I had to be a good student. I took the place of the good boy who doesn't cause any trouble. Now, I decided to draw more directly with pen and watercolors, tools that can't allow me to go back to fix mistakes.» Manu Larcenet : «I never draw with «noble tools». Nor on good paper. I use everything that can trace a line. Broken brushes, used pens and so on.»


Wednesday, 3 February 2016

Second part done / Deuxième partie terminée

J'ai terminé la deuxième partie de mon livre. Il me reste la troisième et dernière partie. Environ 50 pages. Je dois avouer ressentir une certaine fatigue, un épuisement. Mais j'ai hâte de travailler sur cette partie. Quand j'aurai terminé les trois parties, je vais entreprendre l'étape des modifications et des corrections. 

I just finished the second part of my book. Now remains the third and last part, which is something like 50 pages. I'm starting to feel really tired, but I can't wait to draw the last part. When I will be done, I'm gonna have to do corrections and change some stuff, some pages and panels.